BangBang : bangbangblog.com

Punkrockhardcorefolketc

Destroy All Dreamers, ze full interview

punkrockhardcorefolketc
5 novembre 2007

Photo Sharing and Video Hosting at Photobucket

Une version courte est parue dans le dernier BANG BANG. Voici la version au complet. Je crois qu’elle mérite de se retrouver à quelque part. Mais je crois surtout que ce band mérite vraiment plus d’attention. Leur album précédent avait reçu plus d’ttention de la presse et le dernier album est encore meilleur. Du bon shoegaze/post-rock comme j’en découvre de moins en moins d’intéressant depuis un bon bout.

L’entrevue a été faite avec les trois membres principaux du groupe.

Je vous laisse trois mp3 à la fin de la page disponible via le site web du band.
Puis des photos du show de lancement au Divan Oange avec un très court vidéo.

————————————————————————

Est-ce que le titre de l’album Wish I Was All Flames à une histoire ou une signification particulière ?

Mathieu: J’ai trouvé le titre de l’album complètement par hasard. J’avais composé une pièce pour mon projet solo, Ixe-13, que je n’ai jamais sortie par la suite et qui portait ce titre. En fait, j’avais pris un loop de guitare d’Éric et j’avais mis du chant par-dessus. Comme je fais souvent, je n’ai pas composé de texte avant d’enregistrer, donc je disais n’importe quoi alors que j’enregistrais la voix, puis finalement je disais rien du tout. Mais il me semblait que dans cette pièce je disais: «Wish I was all flames», ce qui est évidemment une illusion auditive puisque je n’ai jamais prononcé ces mots en chantant. Plus tard j’ai proposé ce titre au groupe. Il me semble original et un peu bizarre ce qui fait une excellente suite au titre du premier album qui avait été trouvé par Michele Martin.

On retrouve sur l’album la pièce Her Brother Played The Riot en trois parties. Est-ce qu’elle était juste trop longue pour mettre en une partie ou les trois ont un lien différent ensemble ?

Eric: La pièce HBPTR est belle et bien une longue pièce de 16 minutes, en trois mouvements. Elle a paru sur notre EP vinyl de 12″ intitulé « Glare/Halo » (la pièce est étalée sur toute la face A!) sortie par l’étiquette américaine Claire’s Echo l’an dernier (limité à 300 copies). Nous avons décidé de la remettre sur l’album car nous l’aimons beaucoup et elle méritait de se retrouver sur un album officiel. Le fait de la mettre en trois parties est tout simplement du aux possibilités de l’ère digitale du disque compacte.

Est-ce que la scène shoegaze/post-rock est en grande période de calme présentement et c’est en partie la raison pour laquelle votre album semble susciter tant d’excitation ?

Eric: Je crois que nous sommes comme en phase de transition : ceux qui ont découvert le shoegaze/post-rock voilà 10-15 ans sont tannés – la scène est morte / redondante / inintéressante à leur oreille. Alors qu’il y a encore beaucoup de nouveau monde (autant musiciens qu’amateurs de musique) qui vient juste de découvrir ce qu’est le shoegaze/post-rock, et encore plus d’autres qui ne savent toujours pas que ce style existe. On en rencontre tous les jours, d’ailleurs.

Il peut sembler y avoir beaucoup de recyclage de ces styles ces dernières années de la part de nouveaux groupes, mais ils réussissent tout de même à rejoindre des nouveaux fans. D’un côté, pour les plus vieux, la scène est morte. De l’autre, la scène est en train de naître. Du coup, sur le plan de la musique populaire en général, je crois que le post-rock est plus populaire que jamais, et ça commence à être sur la mappe grâce aux groupes qui ont réussi à percer au niveau pseudo-commercial.

Comme toute scène indépendante qui prend de l’ampleur, ça peut tout aussi être une bonne chose qu’une mauvaise chose. Mais il est effectivement plus difficile de rejoindre les premiers amateurs de ce genre de musique, et il est de plus en plus difficile d’être original dans le contexte du shoegaze/post-rock. Je crois que notre nouvel album se démarque tout de même du post-rock/shoegaze redondant d’aujourd’hui, et j’espère que le monde appréciera les efforts que nous avons mis pour forger notre identité musicale.

Avez-vous déjà cru que l’album ne verrait jamais le jour ?

Shaun: L’album est prêt depuis plus d’un an, mais différentes circonstances et problèmes ont retardé sa sortie. Il est vrai que cela était très décourageant par moment. En réécoutant l’album plusieurs mois après, on s’est dit que même si musicalement nous étions rendus « ailleurs », il serait dommage que cette période de notre vie ne soit jamais entendue. Disons que l’accouchement a été pas mal plus long cette fois ci!

A Coeur Leger Sommeil Sanglant a été enregistré avec Patrick Lacharité de Below The Sea. Avec qui avez-vous travaillez cette fois-ci ?

Eric: Suite à ACLSS, nous avons reçu plusieurs offres intéressantes de la part de d’autres étiquettes à travers le monde. Et on ne savait pas du tout comment enregistrer et nous avons décidé de commencer à apprendre par nous même. Nous avons d’abord fait appel à un ami d’Ottawa, Shane Whitbread ainsi qu’à Martin Valence (Nara, Armless Ensemble) d’enregistrer nos pistes de batterie (deux sessions différentes avec chacun), ce qui nous a aidé à démarrer. Par la suite, nous avons exploré plusieurs logiciels et plusieurs types d’approche d’enregistrement et nous avons appris nous-même à faire des prises de sons, à travailler les pistes, etc. Le processus de mixage avait duré une éternité, mais nous avons beaucoup appris et ça a été une expérience extrêmement enrichissante, et nous sommes confiants que nous sommes capable de produire d’autres albums dans l’avenir sans dépendance de budget, studio, temps, etc.

Déjà une pré production pour un autre album en début 2008. Est-ce que le groupe se retrouve après avoir travaillé chacun de son bord après un bon bout et il y a de l’excitation dans l’air dans le groupe?

Eric: Il était quasiment impossible de passer à autre chose tant que cet album n’était pas sorti. Il fallait d’abord tourner la page et fermer le chapitre. De plus, nous avons tellement passé de temps à produire cet album, et il y a eu plusieurs évènements qui nous ont poussés à une petite pause. Au point de vue musical, on avait aussi l’impression de stagner, donc c’était bien de se lâcher lousse de notre côté, et de travailler sur des nouveaux projets musicaux (Thisquietarmy, Ixe-13, Le Chat Blanc Orchestra, etc.) avec du monde différent (Eric avec Aidan Baker, Mathieu avec Pascal Asselin, etc.). Je crois qu’on a tous hâte de recommencer à composer et faire du nouveau ensemble.

Dans quel état d’esprit collectif à été composé cet album ? Est-ce que ça en a affecté le contenu ?

Shaun: Étant donné que l’album a été composé et enregistré sur plusieurs mois, je ne saurais cibler une véritable ligne directrice. Disons que les plus vielles pièces (Automne, Perdre est une question de méthode) sont très proches de ce qu’on a fait sur Coeur Léger, alors que d’autre matériel montre l’évolution sur le plan musical, émotionnel et technique.

Avez-vous l’intention d’explorer encore plus large musicalement dans le futur ?

Mathieu: Bien sur, mais nous devrons parler de cela justement. Je crois que nous avons quand même des visions différentes au point de vu de la direction que doit prendre le groupe, qui est en période de reconstruction selon moi. Nous devrons prendre quelques décisions plus ou moins difficiles d’ici la fin de l’année, mais il est certain que le band n’est pas mort, au contraire, ce genre de réflexion est selon moi une preuve que nous sommes bel et bien en vie.

Wish I Was All Flames

Automne

A Summer Without You

Photo Sharing and Video Hosting at Photobucket

Photo Sharing and Video Hosting at Photobucket

Photo Sharing and Video Hosting at Photobucket

Photo Sharing and Video Hosting at Photobucket

Photo Sharing and Video Hosting at Photobucket

Photo Sharing and Video Hosting at Photobucket

Photo Sharing and Video Hosting at Photobucket

www.destroyalldreamers.com

Pas encore de commentaire.

Punkrockhardcorefolketc

punkrockhardcorefolketc

Même pas un blog.

À propos